Bicep - Isles

Bicep a sorti il y a un bon mois son album « Isles ». Si les deux britishs ont le vent en poupe depuis un bon moment, ils cassent définitivement la baraque avec cet album. Bicep – Isles : on est complètement fans, et on explique un peu pourquoi.

Bicep – Isles

Dispo sur : Deezer / Spotify / Apple Music

Prologue

Andrew Ferguson et Matthew McBriar, deux nord-irlandais de Belfast. C’est à eux qu’on doit la formation du duo Bicep. Les deux copains d’enfance montent d’abord un blog de musique : « Feel my bicep ». Lequel blog mettait en avant des morceaux oubliés. Le thème, c’est pas art de rue, le thème d’alors c’était italo-disco, techno de Detroit, house de Chicago, disco…

On est donc loin du Bicep spatial et organique d’aujourd’hui. Mais continuons de faire parler l’histoire.

Le blog en question « Feel my bicep » donc, gagne en notoriété. Ce qui permet à nos deux zigotos d’aller mixer un peu à droite à gauche. Petit à petit, ils jouent leurs morceaux. En mode DJ-set du coup on l’imagine. On est alors en 2008.

Parallèlement, les deux gars bossent dans la com’. Ils envoient chier leur job respectif pour s’adonner pleinement à leur passion qui semble avoir du potentiel. On est maintenant en 2011.

Faut croire que les tic et tac de la house UK avaient un destin à accomplir. Car un an plus tard, et après avoir sorti plusieurs morceaux sur divers labels, ils fondent leur propre structure. Et devinez comment qu’ils l’appellent ? Feel my bicep. Bien vu.

Musculation

Cette même année 2012, ils reçoivent le prix de meilleure révélation de jeune talent électronique, décerné par DJ Mag UK. Et c’est pas rien.

La suite s’enchaine à vitesse grand V : en 2014 ils s’installent dans un nouveau studio ; en 2015 ils font leur premier Boiler Room ; en 2017 ils sortent leur premier album, éponyme, signé sur Ninja Tune… Le truc est en place, le truc en est marche. La presse salue le duo. Elle l’adoube même.

Sous le feu des projecteurs

Et depuis cet hiver et l’annonce d’un nouvel album, tout s’accélère encore un peu plus. Faut dire que la sortie de leurs singles, notamment « Apricots » à fait mal quand même. De la pure musique électronique organique et esthétique comme on les adore.

Et enfin, janvier 2021, l’album sort. Le monde est cloitré chez soi. On a donc carrément le temps de kiffer le truc encore et encore. Pour la sorti d’un de leurs premiers singles, ils commentaient ça en disant que la frustration de ne pas partir en tournée et de partager cette énergie avec leurs fans étaient quelque chose de puissant. Terrible, et puissant. Ils ont donc certainement puiser dans cette frustration pour composer un album qu’ils doivent s’imaginer dans leurs rêves les plus fous défendre sur scène lors de concerts et festivals. C’est tout ce qu’on leur souhaite, et ce qu’on nous souhaite aussi.


Notre mission sur terre : dénicher de la musique cool, qu’importe sa couleur, pourvu que ça soit bon.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux, pour nous dire ce que vous pensez de tout ça, pour nous faire découvrir de nouveaux trucs, tout ça.

Découvrez notre podcast dans lequel on vous balances tout plein de morceaux venus de tous les horizons.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux, pour nous dire ce que vous pensez de tout ça, pour nous faire découvrir de nouveaux trucs, tout ça.

Découvrez notre podcast dans lequel on vous balances tout plein de morceaux venus de tous les horizons.

https://www.mixcloud.com/Ezella2005/
0