Artwork du single de Coco Bans "What did you say"

Entre folk, pop et soul. Entre électronique, downtempo et r’n’b. Voici Coco Bans. A l’originaire plutôt basée dans l’ombre, dans laquelle elle écrit des chansons pour les autres, l’américaine Coco Bans s’est finalement laissée porter sur le devant de la scène. Depuis 2019 et un premier EP remarqué (à écouter ici ou plus bas dans l’article) , Coco Bans nous livre aujourd’hui « What did you say ».

Auteure de l’ombre.

Le texte d’infos qui nous parvient avec ce clip, nous informe que la demoiselle a écrit pas moins d’une centaine de chansons, pour des artistes de belle grosse trempe, puisqu’on parle ici de Woodkid, Fakear, Kiddy Smile, Jabberwocky. Lourd, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas tout puisqu’elle a également un beau petit côté Major guilty (si l’on peut s’exprimer ainsi) depuis qu’elle a écrit aussi pour Maître Gims (non, on ne mettra pas de lien, déso), et, accrochez-vous, pour Julian Perretta ou encore Lil Wayne… Incroyable, non ? Ca nous rappelle un peu des voix comme Sia ou LP qui oeuvrent dans l’ombre avant de s’envoler fatalement vers la lumière. Logique, quelque part.


Sombre et lumière.

Dans l’univers de Coco Bans, alias Allyson Ezell dans la vraie (tiens, le nom était prédestiné à être cité dans nos lignes !), il y a de l’onirisme, il y a de longues atmosphères ténébreuses qui planent comme une brume au-dessus d’un terrain vague un soir d’hiver noir. C’est bon, vous avez l’image, ouais ? Il y a aussi de la culture française. La nana reprend Le vent nous portera de Noir Désir. Elle a également sorti un morceau en version française (Pray). Un goût pour la langue de Molière ? Et à l’écoute de l’accent, on parierait même pour de belles grosses origines hexagonales. Peu importe.
Encore dans la fiche info du « press release », on apprend que la dame s’était entouré de certain(s) collaborateur(s) de Camille. Tiens, c’est marrant, ça aussi on l’aurait parié. On pourrait également facilement citer des artistes comme Emilie Simon. Ce genre de belles voix qui aiment s’entourer de sonorités cristallines ou insolites, c’est fonction.


Pour suivre Coco Bans sur les réseaux sociaux, c’est par là : Instagram, Facebook, Twitter, Songkick,
Et pour écouter la musique de la demoiselle : Youtube, Soundcloud, Spotify, Bandcamp, Deezer, Apple Music.

0